Select a button to filter your search-list.
L'Albanie, l'Argentine, le Costa Rica, Djibouti, l'Indonésie, le Mexique, le Maroc, le Nigeria, la Macédoine du Nord, la Tunisie et le Sri Lanka bénéficierontdu PEEB Cool, un programme pour l’efficacité énergétique des bâtiments dédié à ces payset soutenu par le Fonds vert pour le climat.

18 octobre 2022. Le secteur des bâtiments, en plein essor dans les pays du Sud, est particulièrement vulnérable aux conséquences du réchauffement climatique. Le secteur représente aujourd’huiprès de 40 % des émissions de gaz à effet de serre liées à l'énergie au niveau mondial. Si rien ne change, ce pourcentage est voué à augmenter drastiquement au cours des prochaines années, avec notamment une demande d'énergie liée à la climatisation qui triplerait d'ici 2050.  

Le conseil d'administration du Fonds vert pour le climat (FVC) vient d'approuver un financement de 220 millions d'euros, sur une enveloppe globale de 1,3 milliard d’euros, pour stimuler le secteur de l’écoconstruction. Ce nouveau financement permettra la mise en œuvre du PEEB Cool, une composante du Programme pour l'efficacité énergétique des bâtiments (PEEB), qui sera mise en œuvre conjointement par l'Agence française de développement (AFD) et la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Au total, 11 pays d'Afrique, d'Asie, d'Europe de l'Est et d'Amérique latine bénéficieront du PEEB Cool, dont la mission est de promouvoir la conception, la construction et l'exploitation de bâtiments résilients au changement climatique et économes en énergie. 

Outre la contribution du FVC, l'Agence française de développement (AFD) va investir 1,11 milliard d'euros sous forme de prêts et 4 millions d'euros sous forme de subventions et d'assistance technique aux projets d’efficacité énergétique. Pour sa part, le Ministère fédéral allemand de l'économie et de l'action climatique (BMWK) contribuera à hauteur de 2,5 millions d'euros sous forme de subventions pour des appuis aux politiques publiques et des activités de sensibilisation à l’international. 

L'Albanie, l'Argentine, le Costa Rica, Djibouti, l'Indonésie, le Mexique, le Maroc, le Nigeria, la Macédoine du Nord, la Tunisie et le Sri Lanka participeront au PEEB Cool. Ainsi, plus de 1,13 million de personnes verront leurs conditions de vie améliorées par des bâtiments plus économes en énergie et mieux adaptés aux conséquences de la hausse des températures.

Le PEEB Cool soutiendra principalement le développement de nouvelles constructions, mais portera également sur la rénovation des bâtiments existants. Il est estimé que 35 000 bâtiments nouveaux et rénovés bénéficieront du soutien direct du programme pour devenir plus résilients et efficaces en énergie. Environ 1 563 million de tonnes d'équivalent CO2 seront réduites ou évitées grâce à l'impact du PEEB Cool. Les émissions de CO2 seront réduites à toutes les phases de la construction et de l'exploitation. L'accent sera mis sur la réduction des émissions dues au refroidissement grâce au développement de bâtiments bioclimatiques permettant d’améliorer le confort thermique et la sécurité des usagers.

En effet, outre la réduction des émissions de gaz à effet de serre, le PEEB Cools vise à accroître la résilience des bâtiments aux événements climatiques extrêmes, mais aussi aux crises économiques et à la pénurie d'énergie. Il est également prévu que le PEEB Cool contribue à la création d'environ 27 000 emplois, principalement dans les activités de construction.

« Grâce à sa facilité d'investissement, le PEEB Cool soutiendra les acteurs locaux dans la mise en œuvre de projets de bâtiments à grande échelle en mettant l’accent sur l'amélioration des conditions de vie des familles à revenus faibles et moyens, particulièrement vulnérables aux chaleurs extrêmes, explique Manelle Ait-Sahlia, directrice adjointe de la division Energie à l'AFD. En même temps, nous sommes aussi très soucieux de suivre de près les directives ambitieuses du FVC en termes de normes environnementales et sociales, y compris l'égalité des sexes, afin de s'assurer que le PEEB Cool place le bien-être des personnes au centre de ses activités. »

Mike Enskat, chef de secteur énergie, eau et mobilité (programmes mondiaux) à la GIZ, indique que la facilité d’appui sectoriel du PEEB Cool « se concentrera sur la promotion d'un cadre politique favorable aux bâtiments à faibles émissions et résilients au changement climatique, par le développement de codes bâtiments verts, de labels et de mécanismes d'incitation pour attirer les investissements privés. Le renforcement des capacités des acteurs locaux est également très important pour nous car nous voulons que le PEEB Cool ait des impacts positifs à long terme dans les pays au-delà de la durée du programme ».

Isabel Geppert, chef du secrétariat du PEEB, salut l'approbation du financement par le FVC et déclare que « le PEEB et ses partenaires financiers sont impatients de travailler en étroite collaboration avec les onze pays pour mettre rapidement en œuvre le PEEB Cool. Les bâtiments efficaces en énergie et résilients sont essentiels pour créer des conditions de vie adaptées au monde de demain. Nous sommes très conscients qu'avec les crises énergétique et climatique mondiales actuelles, le besoin et l'urgence de construire des bâtiments résilients et efficaces en énergie ont encore augmenté dans nos pays partenaires. C’est un élément essentiel à la création de conditions de vie adaptée au monde de demain ». 


Pour en savoir plus sur le projet de financement approuvé, visitez le site web du FVC.

News URL:
http://www.peeb.build/news-events/Le-Fonds-vert-pour-le-climat-injecte-220-M-dans-lefficacit-nergtique-des-btiments-de-11-pays
read less

Le secteur de la santé contribue au changement climatique et en subit les effets. D’une part, le secteur de la santé représente entre 4 et 5% des émissions de gaz à effet de serre mondiales et, d’autre part, ces mêmes infrastructures doivent devenir plus résilientes aux conséquences de la crise climatique, notamment à la chaleur, tout en améliorant le bien-être des patients et les conditions de travail du personnel médical. La continuité des chaînes du froid est indispensable pour assurer notre sécurité sanitaire.
 
La performance énergétique des hôpitaux doit être améliorée afin de réduire massivement la consommation d'énergie et le coût global de ces infrastructures sanitaires essentielles. Pourtant, l’écoconstruction n’est toujours pas la norme.
 
Le Programme pour l’efficacité énergétique des bâtiments (PEEB) a organisé un webinaire réunissant plusieurs experts pour présenter les meilleures pratiques en matière de construction et de rénovation durables dans le secteur de la santé, les instruments permettant d’encourager leur financement, ainsi que les principales conclusions d'un guide technique développé pour le secteur hospitalier en partenariat avec le Ministère de la Santé Tunisien et l’Agence nationale tunisienne de maîtrise de l’énergie (ANME).
 
« Les solutions techniques pour une conception plus efficace en ressources existent », a dit Jérémy Bourgault de l’Agence Française du Développement (AFD) et membre du PEEB. « Ces solutions permettent à la fois d'accroître la sécurité énergétique et la résilience climatique des populations, en particulier en climat chaud, tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et les coûts de fonctionnement. »
 
Ceci s’inscrit dans un contexte d’attention élevée de la part d’organisations internationales comme l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui a lancé de nombreux programmes et initiatives dans ce domaine, y compris pour susciter l’engagement de tous les pays à promouvoir des systèmes de santé durables, résiliants aux changements climatiques et sobres en carbone.
 
Elena Villalobos Prats, responsable technique pour la thématique Santé et Changement Climatique à l'OMS, a souligné l’utilité du travail développé par le PEEB et ses partenaires au regard des ambitions formulées à la COP26 à Glasgow. Les pays s’y sont engagés pour la première fois dans la transition vers des systèmes de santé durables et sobres en carbone.
 
« Aujourd’hui, 58 pays se sont déjà engagés dans cette initiative et maintenant ils vont avoir besoin d’aide financière et technique pour mettre en œuvre ces engagements », a-t-elle ajouté.
 
Diviser par deux la consommation d’énergie
 
L’exemple de la Tunisie a nourri les discussions des experts car le gouvernement tunisien a mis en place une stratégie nationale de transition énergétique à l'horizon 2030, qui vise à la fois à porter à 30 % la part des énergies renouvelables, baisser la demande en énergie primaire de 30 % et diminuer son intensité carbone de 40 % d’ici à 2030. Les nombreuses nouvelles infrastructures de santé dont le pays a besoin ont été placées au cœur de cette stratégie.
 
Rym Nafti, responsable du PEEB en Tunisie a expliqué qu’avec plus de 5.000 établissements de santé, le secteur représente 5 % de la consommation liées aux bâtiments dans le pays avec une intensité énergétique de 464 kW/h de consommation par m2 et par an. Le potentiel estimé de réduction de la consommation énergétique dans les bâtiments de santé est de 50 %.
 
Pour faciliter cette réduction drastique de la consommation d’énergie, l’ANME, le ministère de la Santé et le PEEB ont développé un guide. Le Guide pour la maitrise de l’énergie pour les infrastructures de santé décrit des techniques de construction et d’aménagement des hôpitaux pour favoriser l'efficacité énergétique et l’utilisation des énergies renouvelables.
 
Amira Gader Jaziri, architecte en chef du ministère de la Santé tunisien, a déclaré que « le travail collaboratif qu’a rendu possible le guide porte ses fruits, car il sera la base pour les nouvelles constructions d’hôpitaux ici en Tunisie ».
 
Il s’agit, a expliqué la responsable, de 44 projets d’infrastructures hospitalières qui sont en étude pour une enveloppe totale d’environ 7 milliards d’euros (2400 milliards de dinars) financés par plusieurs bailleurs de fonds Internationaux, sous la forme de prêts et de dons. Dans le cadre du PEEB, l’AFD finance déjà à hauteur de 156 millions d’euros la rénovation et l’extension des hôpitaux régionaux de Gafsa et de Sidi Bouzid en conformité avec les préconisations du guide technique.

Futur hôpital de Sbiba, Tunisie

Futur hôpital de Sbiba, Tunisie

Le guide décrit comment réduire la consommation d’énergie dans les différents pôles tels que le chauffage, l'éclairage, la climatisation, les installations techniques et les équipements.
 
Les principaux axes pour construire et gérer un hôpital durable, plus économe en énergie et à moindres émissions de gaz à effet de serre y sont décrits, de la phase de programmation au système de management de l'énergie et au recours aux énergies renouvelables pour la production d'électricité, en passant par l'écoconstruction du bâtiment.
 
Plus de lumière, moins de climatisation
 
Le chantier de l’hôpital de Sbeitla, terminé à 95%, exposé par l’ingénieur Mohamed Ali Reghini et l’architecte Nejib Krid , du Bureau Asselec, illustre très bien l’application de ces principes : expression architecturale harmonieuse, utilisation de matériaux locaux, chantier à faible nuisance, gestion de l'énergie (favorisant le photovoltaïque et l'éclairage naturel), gestion de l'eau et des déchets d'activités, gestion technique centralisée.
 
Par exemple, les concepteurs ont travaillé avec des patios, qui procurent un double bénéfice en faisant entrer plus de lumière naturelle, tout en contribuant à maîtriser les températures. C'est un enjeu essentiel car en Tunisie et particulièrement à Sbeitla, les amplitudes thermiques entre l'été et l'hiver sont très importantes. Ce système de patios, combiné avec de l’isolation, permet également d’éviter le recours à des moyens mécaniques de climatisation.
 
De façon générale, la question d’un meilleur engagement du secteur de la santé dans la transition énergétique est essentielle. Elle repose sur une triple dimension : politique, en donnant l’élan, le cadre juridique ainsi que des guides de bonnes pratiques à destination des professionnels du bâtiment ; technique en renforçant la capacité technique des professionnels du bâtiment à construire ou à réhabiliter des bâtiments en intégrant les mesures d'efficacité énergétique ; et sanitaire en faisant le lien avec les enjeux sanitaires comme le bien être des patients et des professionnels de santé.
 
Nicolas Valour, chef de projet dans le secteur de la santé à l'Agence française de développement a identifié les obstacles pour un développement plus rapide et profond des hôpitaux durables « dont une appropriation politique qui reste à accomplir pour que les projets soient vraiment en capacité d'intégrer les soucis de performance énergétique ; parfois la faiblesse des maîtrise d'ouvrage et la faible intégration dans la réflexion du point de vue des personnels médicaux soignants. »
 
« Le chantier, on le voit, est colossal » a-t-il ajouté, en se félicitant que la Tunisie montre la voie avec sa stratégie de bâtiments de santé durables.
 
Regrouper un milieu fragmenté
 
Nora Steurer chargée de mission auprès de l'Alliance mondiale pour les bâtiments et la construction, la GlobalABC, a rappelé que le succès de cette initiative a reposé sur la collaboration qui a animé les différents acteurs d’un secteur très fragmenté, comme les ministères, les maîtres d'œuvre, les architectes, les ingénieurs et le personnel soignant.
 
À ce titre, le travail mené en Tunisie et mis en relief au cours de ce webinaire est un cas d'école extrêmement encourageant et particulièrement pertinent en préparation de la COP27 en Égypte. La conférence climat se tiendra cette année sur le continent africain, qui fait face à des besoins immenses en infrastructures de santé ainsi qu’aux défis posés par les effets du changement climatique.
 
Ce webinaire sur les hôpitaux est le premier d’une série de dialogues qui explorent les solutions pour rendre les bâtiments de santé, hôteliers et résidentiels plus durables.
 
Plus d’information sur la série ici. Regarder le webinaire ici.


By viewing the video, you agree that your data will be transmitted to YouTube and that you have read the privacy policy.

News URL:
http://www.peeb.build/news-events/hopitaux-webinaire-resume
read less